Longing

Étude pour la prochaine série (D’après Emmanuel Benner)

Le dessin s’appelle Longing. Je ne trouvais pas de traduction française juste pour le terme. Des amis m’ont proposé des choses. Le plus récurent, ou le plus juste devrais-je dire (parce qu’il y avait cette notion de désir inassouvi) est: Languir. Mais le mot ne reflète peut-être pas vraiment la délicatesse de ce moment dans le dessin. Quelqu’un m’a cité la première strophe d’un poème de Verlaine, Chanson d’automne.

Les sanglots longs
Des violons
De l’automne
Blessent mon coeur
D’une langueur
Monotone.

Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l’heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure

Et je m’en vais
Au vent mauvais
Qui m’emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
Feuille morte.

Leave a Reply