In the studio and on trying to find a space to show

 

 

(English follows the two clips down here)

J’ai quitté le Québec pour une semaine au mois de février, ainsi mon travail en atelier a peu avancé. J’ai quand même réussi à terminer la première couche de glacis sur tous mes Schumann. Ce qui me rend vraiment heureuse comme j’ai le sentiment d’apercevoir enfin la lumière au bout du tunnel. Les portraits commencent à ressembler à ce à quoi je m’imaginais. C’est un processus tellement long, c’est encourageant de voir que tout fonctionne comme je l’avais conçu. J’ai donc très hâte de débuter les glacis sur mes Clara, dans l’espoir que ce soit la même chose pour elles. Pourtant, je suis incertaine et je me demande si je ne devrais pas terminer tous mes Schumann avant d’attaquer Clara ou alors si je ne devrais pas garder le procédé identique à celui du début, soit de peindre chaque étape en même temps sur tous les tableaux. Plus je peins, meilleure je suis, et donc faire tous les tableaux simultanément les rend tous égaux visuellement ; on ne pourrait dire à la fin que le premier tableau est supérieur au dernier comme il n’y a ni premier ni dernier. Je crois qu’il pourrait être avantageux de terminer mes Schumann maintenant parce que voilà un moment que je travaille sur lui, je connais donc bien la structure du visage de mon modèle et la façon dont la lumière tombe et s’y reflète. Je crains que de peindre Clara pendant quelques mois me fasse oublier ces caractéristiques et qu’ensuite j’en aurai pour quelques jours avant de me refaire la main. Ce qui pourrait rendre un des Schumann différents des autres. Mais est-ce que le fait de terminer avec mes Clara ne les ferait pas paraître plus « belles » ou enfin mieux exécutées que les Schumann ?

Je suis aussi toujours en train d’essayer de repérer un lieu pour faire cette exposition. J’aurais aimé présenter en novembre 2018, mais comme nous sommes déjà en février et que je n’ai rien trouvé, je ne crois pas que ça sera possible. C’est quand même plutôt compliqué de dénicher un endroit pour présenter mon travail. J’ai besoin de beaucoup d’espace avec mes 2 pianos, les 12 toiles en arrière-fond, le gigantesque mobile de lettres suspendu au-dessus des pianos et toutes les chaises pour l’auditoire (comme c’est un spectacle d’une durée de presque 2 heures).  Je continue ma quête et j’espère que je vais trouver l’endroit idéal bientôt.

 

 

 

 

 


I was gone away for a week in mid February, hence things were slower to advance in my studio. Yet I managed to finish my first layer of glazes for all my five Schumanns. It makes me very happy because I can finally see the light at the end of the tunnel, I sense the paintings are starting to look like they should, and it has been such a long process that it is nice to feel like I am getting somewhere. I am very excited to begin this glazing process on my Clara’s, yet I am not sure if I should finish the Schumanns first and then do the Claras, or just keep on with the identical method I have had since the beginning which is painting every step on every painting at the same time. The idea behind that way of doing is that the more I paint, the better I am, and so working on all canvases at the same time make them all equal. You won’t be able to say that the last one is better than the first one as they were all done simultaneously. Now the reason why I would like to finish all my Schumanns now is that I have gotten used to my model’s features and understand his face structure and how light reflects on it. Going to paint on Clara for a couple of months might make me “forget” about these Schumann features and it might take me a couple of days of work to get my hand back. It could make one of the Schumanns different than the others. But then again, if I were to finish the Schumanns now, I wouldn’t want them to look awful next to the Claras.

I am also still on my quest to locate a place to show my work. I would have liked to present it in November 2018, but as far as we are in the year, I don’t think now that this will be possible. It is complicated to find a nice spot to do this. The setting is quite big, with two pianos, the 12 paintings in the background, the huge mobile of letters suspended over the pianos and all the chairs for an audience (as the program is an almost 2 hours long concert). But I keep on looking and I am confident that I’ll come around soon.

In the studio

IMG_0849
Schumann #2
IMG_0850
Schumann #2
IMG_0862
Schumann #1
IMG_0994
Schumann #3
IMG_0995
Schumann #3
IMG_0996
Close up of a shirt knot.

(English follows French in this post)

Je réalise que je n’ai pas écrit ici depuis un bon moment maintenant. Les choses vont bon train dans mon atelier. Je travaille maintenant sur la partie la plus agréable de toutes : les glacis! J’ai commencé par mes Schumann et je terminerai avec mes Claras. Voici quelques photos de mon travail (aucun tableau n’est terminé encore). Je joins aussi une vidéo où vous pouvez me voir peindre.


I realize I have not posted here for some time now. Things are going very well in my studio. I am now working on the most fun part of all : the glazes! I have started with my Schumanns and will finish with the Claras. Here are some pictures of my work now (none of this are yet finished). I am also posting a video where you can see me paint.

Carpe diem

fullsizeoutput_378f

fullsizeoutput_3791

fullsizeoutput_3792

fullsizeoutput_3793

fullsizeoutput_37a9

(English follows French in this post)

Voici des études photographiques de roses que j’ai fait les dernières semaines. La vie d’une rose en deux semaines. Ce sont des photos juxtaposées de la même rose photographiée avec deux semaines d’écart.

“Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avait déclose
Sa robe de pourpre au soleil,
A point perdu cette vesprée,
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vôtre pareil.

Las ! voyez comme en peu d’espace,
Mignonne, elle a dessus la place
Las ! las ! ses beautés laissé choir !
Ô vraiment marâtre Nature,
Puis qu’une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir !

Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que votre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez votre jeunesse :
Comme à cette fleur la vieillesse
Fera ternir votre beauté.”
⏤ Ronsard


Here are some photographic studies of roses I did in the past few weeks. Two weeks in the life of a rose. It is the same rose, photographed two weeks apart.

“Darling, let’s go see if the rose
Which had unfurled this morning
Its crimson dress to the Sun,
Has this evening has lost
The folds of its crimson dress,
And its complexion like yours.

Alas! See how, in a short space,
Darling, it has in this place,
Alas! alas, let its beauty fall!
Oh truly cruel Mother Nature,
Since such a flower lasts
Only from morning till evening!

So, if you believe me, darling,
While your age is flowering
In its greenest newness,
Gather, gather your youth
Since, as with this flower, old age
Will tarnish your beauty.”
⏤ Ronsard

 (I found the poem’s translation here on this site)

In the studio

fullsizeoutput_37bf
This is a view of my studio this morning.
fullsizeoutput_37ba
This is a view of my studio this morning. (As I am actually writing this.)

(English follows French)

J’ai donc commencé à appliquer la couleur sur mes portraits. Mes Schumann ont deux couches de données sur les vestons et sur les cheveux. Il me reste peut-être une dernière couche à donner et après je reviendrai avec des glacis. J’ai commencé à travailler un peu les visages, en appliquant de minces couches de glacis et en travaillant un peu les yeux. J’en suis rendu au Clara. Leurs robes sont terminées, mais je n’ai pas encore travaillé le chandail ou le visage, c’est ce que je vais faire cette semaine. Je sens que les tableaux commencent vraiment à prendre forme, ce qui est toujours encourageant et réjouissant.


I have started to apply color on my portraits. My Schumanns have 2 coats on the jackets and the hair. I will need to apply another coat and then I will come back with glazes. I started working lightly on their faces, applying thin glaze layers and working on the eyes. Now I am starting the Claras. I finished their dresses, but I have not yet worked on their shirts or faces. It is what I will be doing this week. I feel the paintings are starting to take shape, which is always encouraging and rejoicing.

Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles

 

(English follows French in this post)

J’ai passé les deux dernières semaines à essayer de trouver des solutions à mes problèmes de peinture. Je crois avoir déterminé l’erreur que j’aurais commise. En effet, je pense qu’à certains moments, j’ai ajouté du siccatif de cobalt dans mes mélanges de temperas, ce qui aurait eu pour effet de rendre ma peinture semblable à de l’émail, et donc, quand j’arrive pour mettre de l’huile sur cette peinture séchée, elle perle en partie et ne colle pas partout. Le problème est que j’ai usé de ce siccatif au gré de mes humeurs et qu’ainsi ce ne sont pas tous mes tableaux, ni même toutes les sections du même tableau, qui sont touchés par ce problème. C’est une petite surprise heureuse depuis quand je travaille, ne sachant pas d’avance si je vais peindre sur une partie adhérente ou pas. Pour les parties émaillées, je prends de l’huile que je frotte énergiquement en pesant fort sur le pinceau dans l’espoir que ça colle un peu, puis j’attends que ça sèche et je reviens ensuite pour peindre. Ça fonctionne, mais il ne faut pas que je frotte trop trop fort. Enfin. au final je mettrai un bon verni sur mes tableaux dans la confiance que tout se scelle et colle comme il faut. Comme le disait Voltaire, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.

La sélection photo ci-haute montre une partie de mon travail des dernières semaines. J’ai appliqué une couche de bleu sur tous mes vestons et j’ai commencé à appliquer de la couleur sur les cheveux. Les couleurs sont encore beaucoup plus pâles que se qu’elles auront l’air au final.


All’s for the best, in the best of all possible worlds.

I spent the past 2 weeks trying to find a solution to my paint problems. I think I have identified the mistake I probably made. I might have sometimes added to many Cobalt siccative drops in my tempera, which would have transformed my paint in some kind of enamel, which means that when I try to put oil on top of this paint, it does not bind properly. The problem is that I have added these drops following my moods, hence not every panel, not even all sections of the same panel, are affected by this. It is a little happy surprise for now on when I work, as I never know if I will be painting a section where it sticks or not. For the sections that don’t bind, I use oily medium which I apply energetically, putting weight on my brush, anticipating it will stick. Then I wait for it to dry and I come back to paint. It works, as long as I don’t press too hard on my brush. I will put a good thick varnish in the end, hoping it will seal everything properly.  As Voltaire would say, all’s for the best, in all possible worlds.

The picture selection up here shows a part of the work I did these past weeks. All jackets have now a second coat of blue paint, and I started to apply some brown to the hair. The colors are a pale version of what they will be in the end.

 

 

I will not start over.

Clara Schumann
The look of Despair…

img_2801
This is how well my medium adheres to the surface…
(English follows French in this post)

J’ai passé les deux dernières semaines à peindre la première couche de bleu sur les robes de Clara et les vestons de Schumann. Mais voilà que j’ai remarqué que ma peinture réagissait d’une drôle de manière. Au début, je niais un peu la chose, peut-être ne voulais-je pas vraiment le voir, mais aussi je me disais que c’était probablement normal. Mais plus mon travail avançait, plus je dus admettre qu’il y avait un problème. Jusqu’à ce que je peigne mon dernier manteau hier et que je réalise que ça ne fonctionne pas du tout. Que mon médium n’est pas supposé perler quand je le mets. Comment vais-je réussir à faire mes glacis (qui sont une mince couche de médium teinté de couleur) sur les visages si le médium ne colle pas à ma peinture ? Je me suis demandé si je n’avais pas trop mis d’eau dans ma peinture (la technique que j’utilise est la seule qui mélange huile et eau en même temps). Mais alors l’huile devrait quand même coller ? Pas perler ! J’avoue avoir été prise un peu de panique. Et si j’avais oublié quelque chose ? Puis j’ai regardé mes 10 panneaux. Et si j’avais fait une erreur et que je devais tout recommencer du début ?

Euh… Non. 

Je. Ne. Recommencerai. Pas.

J’ai appelé mon grand Maître, Jacques Lajeunesse, celui qui m’a enseigné la technique et qui sait tout, tout, tout. Il a commencé en me disant de ne pas paniquer. Je ne sais pas pourquoi. Ensuite il m’a dit que ce n’était probablement pas très grave, que je devais seulement ajouter de l’huile dans mon médium, que mes ratios ne devaient pas être bons. Et qu’alors ça devrait coller.

Ou alors peut-être avais-je un peu abusé de siccatif de cobalt ? Qui, dans un tel cas, transformerait la peinture en sorte d’émail… et alors…

Euh… Non.

 Je. Ne. Recommencerai. Pas.

Ai-je utilisé tant de siccatif ? Mon médium doit sûrement manquer d’huile.


I spent the past two weeks painting the first blue paint coat on Clara’s dresses and Schumann’s jackets. And then I noticed that the paint was reacting in some weird way. At first I denied it, maybe I didn’t really want to see it, and I thought it was probably normal. But the more I was working the more I had to admit that there was a problem. It is when I painted my last jacket that I realized things weren’t going well. My medium was not biding to the surface. How is it that I can make glazes (which is a fine layer of tinted medium) on the faces if the medium does not adhere to the painting? I thought maybe I had put too much water in my oil paint (the technique I use is the only one that mixes water and oil). But then again oil should stick to water? I was alarmed. Not to say panicking. I wondered if I had forgotten something. Then I looked at my 10 panels. What if I had made a mistake and that I had to start over?

Ah… No.

I. Will. Not. Start. Over.

I called my Master, Jacques Lajeunesse, who taught me the technique and knows about everything. He started by telling me not to panic. I wonder why. Then he told me that it was probably alright, I just needed to add some oil in my medium, my ratios must be off. And then it should stick.

Or then maybe I used too much cobalt siccative which could have turned my paint into enamel … and then…

Ah… No.

I. Will. Not. Start. Over.

Did I use that much siccative? My medium must need more oil.

Meine Rose

IMG_2385

IMG_2435

fullsizeoutput_3389

IMG_2645

IMG_2666

(English follows French in this post)

J’ai terminé la semaine dernière tous mes fonds noirs sur tous mes tableaux. Pour des raisons d’espace, comme je ne pouvais peindre qu’un panneau par jour, j’avais un peu de temps pour me distraire et faire autre chose. Je consulte beaucoup de textes de lieder de Schumann, j’ai un livre absolument magnifique qui regroupe tous ses chants publiés et même ceux qui ne l’ont pas été avec les traductions anglaises (parce qu’évidemment les poèmes sont en allemand). Je me suis amusée à faire de simples dessins à l’encre à partir d’illustrations de roses de Pierre-Joseph Redouté. Et en lisant LiederKreis, op. 24, j’ai eu l’idée de coudre mes croquis de roses aux textes de Schumann. Les photos ci hautes sont quelques exemples des résultats de cette exploration.
Schumann a composé Liderkreis alors qu’il était séparé de Clara et qu’il ne croyait plus que leur union serait un jour possible. Le texte est très touchant. J’ai aussi fait quelques dessins de roses que j’ai joints à Myrten, op. 25. et à Dichterliebe, op. 48. J’ai trouvé avant-hier une série de chants que Clara et Robert ont composé conjointement peu de temps après leur mariage, Liebesfrühling, op. 37. Les poèmes sont absolument sublimes et émouvants et je compte bien coudre des illustrations de roses sur ces textes-là aussi.

Sinon, hier j’ai commencé à appliquer de la couleur sur mes portraits ! Enfin, après plusieurs mois à peindre en noir et blanc, c’est agréable de voir les personnages prendre vie. Bon, j’en suis à colorer les vêtements, la robe de Clara et le veston de Schumann, j’attends pour amorcer les visages. Voilà un petit moment que je n’ai pas peint avec précision et je veux me refaire une main avant de m’attaquer aux menus détails. Quand je ne peins pas pendant un certain temps, j’ai toujours le sentiment que je ne sais plus comment faire et que je vais complètement rater. Et donc de commencer par les vêtements est une façon de me remettre le métier dans les doigts sans prendre trop de risques.


I finished painting all my black backgrounds last week. For space reasons, I could only paint one panel per day, so I found myself with a bit of time to kill. I enjoy reading Schumann’s lieder, I have this absolutely beautiful book containing all his songs with translations (because the poems are in German). I drew for fun some roses in ink based on Pierre-Joseph Redouté’s illustrations. And while deciphering Liederkreis op. 24, I had the idea of sewing my flower drawings to Schumann’s texts. The pictures up here are an example of the results of this exploration.

Schumann composed Liderkreis while he was separated from Clara and thought that their marriage and union was an impossibility. The poems are very moving. I also stitched some drawings to lines from Myrten op. 25 and Dichterliebe op. 48.

I found two days ago a series of lieder that Clara and Robert wrote together in the year following their wedding, Lebesfrühling op. 37. The texts are sublime and poignant and I wish to sew some illustration to these too.

Yesterday I started applying color on my portraits! Finally, after many months of black and white painting, it is nice to see these two come to life. Well, I am only coloring the clothes now, Clara’s dress and Robert’s jacket. I am waiting to work on the faces. It has been awhile since I have really painted with precision and I want to practice a little before I attack the details. When I don’t paint for some time, I always have the feeling that I don’t know how to do it anymore and that I will mess everything up. And so starting with the clothes is a way of developing the skills without taking much risk.