Marie H. Sirois

Marie H. Sirois amorce une carrière artistique en 2006, à la suite d’études en arts plastiques, rédaction française et communication.

Fascinée par le processus créatif des artistes et par la synergie des arts, elle entreprend en 2010 un projet sur le compositeur allemand Robert Schumann et son épouse, la pianiste-virtuose Clara Wieck. En se familiarisant avec leur vie, elle développe la vision d’une œuvre qui allie peinture, musique et littérature. À travers quatre séries de douze toiles chacune, telle une symphonie visuelle en quatre mouvements, elle souhaite mettre en scène l’évolution de la relation créative du couple. La musique de Schumann occupe une place prépondérante dans ce projet. Chacun des quatre mouvements visuels est associé à l’une de ses partitions et s’en inspire.

Cette série amène Marie à se perfectionner. En 2011, elle complète un cours avec le maître Jacques Lajeunesse sur la technique de peinture des anciens maîtres, à l’huile et tempera. Marie, qui avait abandonné le piano depuis 20 ans, en recommence l’étude en 2013 afin de pouvoir interpréter, lors de ses expositions, les pièces de Schumann jumelées à ses tableaux. C’est ainsi qu’elle rencontre le pianiste Tristan Longval-Gagné qui deviendra vite un acteur important de sa réflexion artistique. Ils signent une collaboration lors de l’élaboration de son deuxième mouvement au sein d’un collectif nommé Eratomis. 

Le premier mouvement visuel lié aux Schumann, Le Prélude, fut exposé en novembre 2014.  

Marie présente maintenant son deuxième mouvement, Spiegelbild, et se penche sur la complémentarité d’artistes partageant les mêmes passions, la manière dont ils deviennent une source d’inspiration l’un pour l’autre ainsi que la façon dont cette influence s’exprime dans leur œuvre respective.

Le troisième mouvement, Carnaval, traitera de l’identité, individuelle et collective, et le quatrième, Papillons, abordera les thèmes de la mort et de la métamorphose.

(Photo ©François Gaboury)